Return to site

Quand sait-on que l'on est prêt pour commencer à bien s'entraîner ?

Qui n'a jamais connu cette sensation ? :

A la fin d'un 10 km, même après avoir tout donné,

après avoir tout fait pour maintenir à la bonne allure les 5 premiers km,

après avoir tout fait pour tenir bon dans le creux de la vague du 6ème,

après avoir tout fait pour ne pas s'être endormi au 8ème,

après avoir tout fait pour ne pas abandonner avant le 9ème,

après avoir sprinté les derniers hectomètres jusqu'à la ligne d'arrivée,

exténué,

les jambes raides de lactique, le cardio « tambour tympan », la ventilation respiratoire au max…

et pourtant 5' après,

Après avoir retrouvé ses esprits,

après avoir salué 2-3 amis,

après avoir grignoté une petite bouchée au ravitaillement.

Tu repars en trottinant à ta voiture,

et ta grande surprise, tu retrouves également tes sensations.

Tu ré-accélères même.

Si l'envie était là, tu repartirait même pour un tour.

Et si la frustration de ton chrono est grande, toi qui n'a pas su traverser le dur de l'effort de la compétition du jour, au mental, tu reprendrais le départ de la course, si c’était à refaire.

Qui n'a jamais connu cette sensation d'être bridé ?

C'est de ce constat de se sentir bridé à une course

que le goût de s'aligner sur des distances plus longues prend le dessus

sur la curiosité et le sérieux de se poser la bonne la question :

comment mieux s'entraîner ?

Toujours plus n'est de loin pas toujours mieux.

« Toujours plus » n'est de loin « pas toujours mieux ».

On fait davantage « toujours mieux » avec moins qu'avec plus.

La perfection ne s'atteint pas quand il n'y a plus rien à ajouter,

mais quand il n'y a plus rien à enlever.

Ce n'est pas « le mieux qui est l'ennemi du bien »,

mais le « toujours plus ».

Contrairement aux idées reçues, le plaisir en course à pied est proportionnel à ton entraînement.

Courir pour le plaisir, oui. Mais encore faut-il en arriver à cette étape… de comprendre que l'on ne

va que trop vite vers la quantité, pas vers la qualité.

Hors de l'entraînement, point de qualité !

C'est l'allure qui « tue », pas la distance !

L'allure fait 90 % de la difficulté d'effort, pas la distance !

C'est le pourcentage de qualité (et non de quantité) qui détermine le plus le pourcentage de réussite !

Du moment où tu commences à comprendre et ressentir cela, tu es prêt à te lancer dans un vrai entraînement.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly