Return to site

Pourquoi est-il important de s’entraîner ?

· Plan d'entrainement

Vouloir brûler les calories autant que brûler d'envie de participer à une compétition,

nécessite de ne pas brûler les étapes : ne pas oublier de s'entraîner.

Pas d'excuses.

Les excuses ne brûlent pas de calories.

« Pas d'effort, pas de réconfort. »

Et si courir te paraît difficile, cours plus !

Toute difficulté est un manque d'entraînement ;-)

La course est un sport in-gras.

« No pain, no gain. »

Pour progresser, aucune économie possible. Tu as du pain sur la planche, va t'entraîner !

« Pas de pain, pas de gain. »

La faim de s'entraîner justifie les moyens.

Courir c’est simple, même si ce n'est pas facile.

C'est simple, persévérer est plus facile qu'avoir à recommencer.

Après un premier 3 semaines d'extraction du réel :

tu es tout rouge,

tu as de grosses bouffées de chaleurs,

tu sues à grosses gouttes,

tu suffoques et manques de tomber dans les pommes…

- Gravité terrestre oblige… -

Non, tu n'es pas malade, ce n'est pas de la fièvre.

Non, n'en fais pas une maladie.

En fait, c'est bon signe. Ça fonctionne !

Ton corps est en train de trouver les ressources pour que tu reviennes à la forme, à la vie !

Et même si ça te fait mal, ne t'étonne pas qu'il t'en redemande, car, malgré tout, c'est bon pour lui.

Accro à l'end(ur)o-(mo)rphine, hormone du plaisir ? Sûrement !

Mais c'est la seule façon dont ton corps peut te demander de te donner un peu de mal…

pour son plus grand bien ;-)

C'est fort

de cet entraînement de ton corps

à te faire persévérer dans l'effort

que ton passage de la course à l'entraînement

te rendra plus fort.

Tu as beau courir régulièrement, même arrivé au seuil des premières bonnes sensations,

tant que tu ne commences pas réellement un entraînement, il est trop difficile de progresser.

Contrairement aux idées reçues, le plaisir en course à pied est proportionnel à ton entraînement.

Courir pour le plaisir, oui. Mais encore faut-il en arriver à cette étape.

Pas avant au moins un premier 3 mois de persévérance pour que le plaisir deviennent à son tour, après le corps, entraînant.

« Il faut que le corps ait de la rigueur pour obéir à l'âme.

Plus le corps est faible, plus il commande ;

plus il est fort, plus il obéit. »

(J.-J. Rousseau)

Un corps faible et l'esprit s'y soumet.

Un corps faible affaiblit l'esprit.

Sans le corps, l’esprit n'est rien !

Entraîne-toi !

« Aucun citoyen n’a le droit de rester un amateur face à l’entraînement… Quelle disgrâce pour un homme de devenir vieux sans jamais avoir vu la beauté et la force complète de son corps. » (Socrate)

L'esprit et le mental deviennent dépendant du corps, si le corps se révèle être faible et peu entraîné.

Pas d'esprit libre sans corps fort, car entraîné !

La course est plus qu'une liberté, la course est une libération !

Alors, plus que courir, va t'entraîner !

-------- -------- -------- --------- -------- -------- -------- ---------

La course à pied est un sport ingrat qui nécessite rigueur, persévérance et goût de l'effort.

« Pas d'effort, pas de réconfort. »

Après un premier 3 semaines d'extraction du réel :

tu es tout rouge,

tu as de grosses bouffées de chaleurs,

tu sues à grosses gouttes,

tu suffoques et manques de tomber dans les pommes…

- Gravité terrestre oblige… -

Non, tu n'es pas malade, ce n'est pas de la fièvre.

Non, n'en fais pas une maladie.

En fait, c'est bon signe. Ça fonctionne !

Ton corps est en train de trouver les ressources pour que tu reviennes à la forme, à la vie !

Et même si ça te fait mal, ne t'étonne pas qu'il t'en redemande, car, malgré tout, c'est bon pour lui.

Accro à l'endorphine, hormone du plaisir ? Sûrement !

Mais c'est la seule façon dont ton corps peut te demander de te donner un peu de mal…

pour son plus grand bien ;-)

C'est fort

de cet entraînement de ton corps

à te faire persévérer dans l'effort

que ton passage de la course à l'entraînement

te rendra plus fort.

Tu as beau courir régulièrement, même arrivé au seuil des premières bonnes sensations,

tant que tu ne commences pas réellement un entraînement, il est trop difficile de progresser.

Contrairement aux idées reçues, le plaisir en course à pied est proportionnel à ton entraînement.

Courir pour le plaisir, oui. Mais encore faut-il en arriver à cette étape.

Après un premier 3 mois de persévérance, le plaisir de courir entraîne à son tour la course au plaisir de se sentir progresser, fort, fortifié(e).

L'esprit et le mental deviennent dépendant du corps, si le corps se révèle être faible et peu entraîné.

Pas d'esprit libre sans corps fort, car entraîné !

La course est plus qu'une liberté, la course est une libération !

Alors, plus que courir, va t'entraîner !

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly