Return to site

Pas de bon plan d'entraînement sans bon entraîneur !

· Plan d'entrainement

Impossible de suivre un bon plan d'entraînement sans suivre un bon entraîneur !

Il est clair que suivre un bon plan d'entraînement demande un engagement minimal

qui n'est pas « donné » à tout le monde.

Au-delà du coût, pas toujours « donné », commencer à suivre un bon plan demande, à un moment « donné », de finir par se donner :

donner de son temps, de son énergie, de sa personne…

Don de soi en relation à celui d'un(e) entraîneur

qui en donne (tout autant), lui/elle qui maintenant randonne ;-)

On a rien sans rien…

Si la nuit porte conseil, il ne faut pas pour autant prendre tes rêves pour une réalité…

Rien de bien ne se fait sans y mettre du sien…

Entraînement de bouts de soi, travail sur soi pour te tenir debout.

Rien de grand ne se fait seul également.

Suivre un plan d'entraînement dont la relation entraîneur / entraîné vise à faire gravir d'un rien une montagne.

Le succès en sport ne dépend pas forcément de notre éducation.

Mais un athlète qui accepte respectueusement de se soumettre à un entraînement rigoureux mené par un entraîneur exigent, le tout avec assiduité, humilité, constance sur le long terme, esprit de combativité et esprit d'équipe; peut remercier ses parents pour le travail remarquable qu'ils ont investi en lui.

Quant à la quête de dépassement de soi et de performance : « jusqu'où je peux aller trop loin ? » (Willy Apollon)… cela demande d'avoir un bon entraîneur pour guide.

Pour suivre,

pour suivre un entraînement, un désir, un entraîneur, un guide,

il faut d'abord développer les forces d'humilités qui permettent de t'entraîner à suivre,

suivre ton objectif, ton rêve, ta voie, ta destinée.

Un bon plan d'entraînement apprend à suivre, sans peur

ni de la pression d'être « suivi » par un entraîneur,

ni de la culpabilité qui peut surgir en cas de manquements,

ni de te dépasser… en te laissant dépasser par ce qui te dépasse de te révéler à toi-même.

Un bon entraînement développe à ce titre les forces d'humilités qui apprennent à suivre,

non en tant que suiveur,

mais suivant la logique de succession qu'il est donné à tout un chacun de poursuivre, de prolonger l'existant…

Oui, courir est une école de la vie.

Courir est même une thérapie.

Pas besoin d'un psy ? Possible… pour ceux qui vont seule-ment courir.

Le corps ne triche pas.

L'entraî-ne-ment pas non plus !

Contrairement aux idées reçues, le plaisir en course à pied est proportionnel à ton entraînement.

Courir pour le plaisir, oui. Mais encore faut-il en arriver à cette étape… de suivre un bon plan...suivi facilité par celui d'un bon entraîneur, même à distance, l'essentiel est qu'il soit un bon guide.

Rien de tel que le savo-art extérieur, expert, d'un bon plan d'un bon entraîneur

qui nous entraîne dans le dépassement,

nous entraîne à devenir meilleur (avant de devenir le meilleur).

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly