Return to site

Bref, suis-je un(e) marathonien(ne) ?

· Marathon

Chaque année, 1 % de la population des pays occidentaux participent à un marathon. (cela ne veut pas dire qu'ils le courent de bout en bout).

1 % du peloton est en dessous de 2h45 (pour 0,001 % de femme)

0,1 % du peloton est en dessous de 2h30 (pour 0,0001 % de femme)

93 % de la population des pays occidentaux n'a jamais couru un marathon.

Finir un marathon est en soi déjà exceptionnel.

Mais être finisher ne veut pas dire être un marathonien ;-) Autrement dit, avoir gagné à la sueur de son front et à la douleur de ses courbatures un T-Shirt et une médaille made in china ne fait pas le moine ;-) N'en déplaise à ceux que cette affirmation fait boudistes : qui fait la moue fait déjà la guerre !

Pour que la victoire contre soi, contre la douleur, contre le temps, soit entière, il faut respecter l'essence de la discipline : courir un marathon. Pour se considérer comme marathonien, il faut s'être plié à l'exigence de la discipline : avoir COURU, couru 42,195km tout du long !

Sujet qui fâche.

Un bombe dans la marre à thon…

Bombe du marathon de boston, toucher le plus grand nombre. (4h10 également) Pas de rassemblement à grande échelle de malbouffe / Mc Do pour « frapper le ventre mou de l'occident » ; ce mal a déjà sa large diffusion XXXL qui se diffuse et se confuse partout dans tous les pays assez riches du monde pour se payer le luxe de dénaturer la nature… de son alimentation… Le mal sait frapper là où ça… pourrait faire enfin le Bien.

Il faut frapper ceux qui, grâce à leur expérience marathon comprennent enfin, physiquement plus qu'intellectuellement, le bien fondé de mettre à mal leurs mauvaises habitudes de ne pas se bouger, d'oublier de sortir son corps comme on oublie de sortir les poubelles… avant qu'ils ne se convertissent à une nouvelle hygiène de vie dont ils en retirent autant de bien, de bienfaits, de bien-être.

+

1,2 million de Français mangent au McDo chaque jour.

A quand autant de coureurs… pour un régime sociétal plus équilibré ?

Depuis 2015, plus d'un million de français battent le pavé et les sentiers les dimanches de juin.

Un premier pas pour fouler au pied la malbouffe !

 

Entre 4h30 et 5h00 = être finisher – j'ai fini mon premier marathon. Etre un joggeur qui a couru le plus possible sur la distance du marathon.

 

Entre 4h30 et 4h00 = Avoir couru le marathon – J'ai couru mon premier marathon.

 

Être marathonien c'est moins de 4h00 = courir plus vite que jogg = commencer à courir un chrono – J'ai fait mon premier chrono de référence.

 

Être Compétiteur : moins de 3h00 = courir un classement. - Je signe mon premier classement révélateur.

L'entraînement : c'est faire de la qualité, et la faire primer sur la quantité.

La qualité prime toujours sur la quantité, n'en déplaise à notre société de consommation...

L'essentiel n'est pas de vivre vieux, mais de vivre vieux en bonne santé.

L'essentiel n'est pas de vivre vieux, même en bonne santé, l'essentiel est de vivre pleinement sa vie.

Preuve en est : l'entraînement de qualité, comprenant du fractionné, permet par la qualité (qui mécaniquement fait diminuer le volume globale de la semaine), permet d'augmenter l'endurance à allure spécifique le jour J.

Pour être finisher, nul besoin de courir.

+

Rien ne sert de courir, j'y arriverai bien en marchant.

+

Les coïncidences n'existent pas.

Sans nous en rendre compte, nous courons chaque jour vers les lieux et les personnes qui nous attendent depuis toujours.

Marcher ou courir fait la différence entre être sur le chemin ou être en chemin.

C'est parce que tant de gens, au mieux, marchent ; marchent au lieu de courir ; que si peu croient en la destinée.

La vie est ainsi faite : pour atteindre sa destinée, il n'y a que courir qui marche !

+

Pour se mettre en marche il suffit d'avoir 5 % de réponses à ses questions. Tout le reste vient en cours de route. Ceux qui veulent 100 % de réponses avant de partir restent sur place, ne font jamais le premier pas. Courir (vers) sa destinée est le seul moyen de ressentir par le souffle, par cœur et jusque dans ses tripes 100 % des réponses… pour vivre la vie et sa vie à 100 %.

+

Epicure : Etre epicurien n'est pas profiter de la vie, si on tombe dans l'abus.

Abuser : se rendre compte que certains des plaisirs, et certaines doses, et dans certaines conditions, les plaisirs font mal. Le bonheur n'est pas un cumul quantitatif de plaisir. Le onheur c'est savoir tujours faire prmier qualité sur la quantité, qualités à deployés également et qui demande bcp d'efforts… déplaisants...

Jogging : le plaisir n’annule pas la difficulté

Entraînement de fractionné : La difficulté n’annule pas le plaisir.

Tout comme aller au travail n'est pas forcément aller travailler, aller courir n'est pas forcément aller s'entraîner.

On court en vain si l'on ne sait pas ou l'on doit aller, ni par où.

Demande toi « puis-je en donner plus ? ». Généralement, la réponse est oui !

Quand on vit à fond, on se rend compte que même le chemin que l'on croyait plat ne l'est pas.

Plus un coureur a un niveau élevé, plus le kmétrage moyen de ses sorties est petit. (Fréquence, avec volume hebdomadaire augmenté tout de meme)

Marcher dès le départ reste une parfaite option faire un meilleur chrono que frapper le mur...

Record du monde du 50km marche de Yohann Diniz : 4'15 au km, avec temps de passage au marathon à moins de 3h00.

Qualité quantité :

Qui peut le plus, peut le moins.

S’entraîner, si possible en suivant un plan, demande beaucoup d’humilité face à la charge hebdomadaire additionnelle de travail, d’organisation et de pression que cela demande.

+

S'entraîner, comme s'entraimer, demande bcp d'humilité.

Tout comme aller au travail n'est pas forcément aller travailler, aller courir n'est pas forcément aller s'entraîner.

Si l'entraînement prend du temps ; si le corps met toujours un peu trop de temps à notre goût pour s'adapter à l'effort de course ; ce temps est fonction des années de vie où nous l'avons habitué / adapté à ne pas courir .

Jogging : le plaisir n’annule pas la difficulté

Entraînement de fractionné : La difficulté n’annule pas le plaisir.

« Si tu mets toujours des limites à tout ce que tu fais,

cela va se diffuser dans ton travail et dans ta vie. Il n'y a pas de limites, il n'y a que des niveaux. » (Bruce Lee)

La course est excellente à tous les niveaux, autant physiques que sportifs

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly